L’asthme est l’une des maladies chroniques qui touchent le plus grand nombre de personnes dans le monde. Petits et grands, hommes et femmes peuvent tous en être victime. Parmi les traitements les plus prisés pour le soulager, il y a l’inhalation à base de corticoïdes. Ce type de soin est applicable en cas de traitement de fond ou de traitement de crise. Elle nécessite l’usage d’un inhalateur aussi appelé aérosol doseur et l’application d’une bonne technique pour obtenir des résultats satisfaisants. Dans bien de cas, l’usage d’une chambre d’inhalation s’avère être indispensable. Voici plus d’infos à propos de ce dispositif pour asthmatiques.

Une chambre d’inhalation, c’est quoi ?

Les personnes qui ne sont pas indépendantes comme les jeunes enfants, les handicapés ou les vieilles personnes, ne peuvent pas se servir d’un aérosol doseur. Pour faciliter l’administration des médicaments qui nécessitent l’usage d’un inhalateur, il faut utiliser une chambre d’inhalation. Elle est une sorte de réservoir transparent fait généralement en plastique, intercalée entre la bouche de l’usager et l’aérosol doseur. Pourvue d’un embout buccal ou bien d’un masque, elle a comme mission principale de ralentir les particules de médicaments. De cette manière, la quantité de médicament entreposée dans la bouche et la gorge de l’utilisateur sera bien dosée et une plus grande partie atteindra ses poumons. Le médicament atteignant en quantité importante les voies aériennes optimisera l’efficacité du traitement.

Il faut noter, en effet, qu’une mauvaise inhalation des soins réduit leur efficacité. Les symptômes pourront alors s’aggraver et cela aura des impacts négatifs sur la qualité de vie du patient.

Quels sont les types de chambres d’inhalation ?

La chambre d’inhalation doit être propre à son usager. Elle ne doit donc servir qu’à une seule personne. Dans la plupart des cas, les modèles en vente dans les pharmacies sont compatibles avec tous les aérosols doseurs. Néanmoins, ces dispositifs sont disponibles en différentes tailles et le choix doit se porter en fonction de l’âge d’usager.

L’essentiel est que le masque puisse recouvrir le nez et la bouche de son utilisateur de manière étanche sans recouvrir les yeux. Pour les enfants plus âgés, les parents peuvent opter pour les chambres d’inhalation sans maque mais qui sont seulement dotés d’un embout buccal. Ce dernier permet de retirer le filtre nasal. De cette manière, la quantité de médicaments qui arriveront jusqu’aux poumons sera encore plus importante et l’utilisation de l’inhalateur aura plus d’efficacité.

Mode d’usage de la chambre d’inhalation avec masque facial

Il faut commencer par enlever le capuchon de l’aérosol doseur et le secouer. Le dispositif doit ensuite être posé verticalement. L’embout buccal se trouvera donc en bas, dans l’ouverture de la chambre d’inhalation. Le patient doit prendre une position assise afin qu’il puisse être bien à son aise. Il faut ensuite appliquer le masque sur le nez et la bouche de manière étanche. La dose de spray nécessaire doit être administrée dans la chambre d’inhalation en appuyant sur l’aérosol. 5 à 10 respirations suffisent pour que le patient absorbe le médicament. L’ensemble d’équipements pourra être retiré.

Les médecins recommandent une administration d’une seule bouffée à la fois. Dans le cas où le patient doit en prendre plusieurs, il faut refaire les étapes 2 à 7 fois.

Utilisation d’une chambre d’inhalation avec embout buccal

En premier lieu, il faut dégager le capuchon de l’aérosol doseur et le secouer comme d’habitude. Son emplacement doit être en vertical et l’embout doit se trouver en dessous, dans l’ouverture de la chambre d’inhalation. Les lèvres du patient doivent se renfermer autour de l’embout buccal afin d’éviter de laisser l’air s’échapper. La dose de spray nécessaire peut ensuite être administrée dans la chambre d’inhalation en appuyant sur l’aérosol. Il faut une respiration d’au moins 5 fois par la bouche et non par le nez pour tout inhaler. L’usager doit enlever sa bouche de la chambre avant d’ôter l’aérosol.

Comment relativiser la prise du médicament avec la chambre d’inhalation?

La prise de médicament avec un inhalateur peut être complexe pour le patient surtout pour un enfant. Au premier abord, ce moment peut même sembler effrayant. Pour le rassurer, il est possible de lui montrer l’exemple ou bien d’enfiler le masque à un nounours par exemple. Cela lui permet d’être plus rassuré.

Il existe aussi diverses autres méthodes pour motiver un enfant quotidiennement à prendre faire son soin en faisant une inhalation.

L’administration des différents traitements doit-elle suivre un ordre ?

Les soins utilisant un inhalateur ne doivent pas être confondus mais administrés tour à tour. Il est possible de se servir d’une même chambre d’inhalation pour l’administration de plusieurs sortes de médicaments. Dans le cas où le malade doit utiliser un bronchodilatateur à courte durée d’action, l’idéal est de l’administrer en premier avant le corticoïde. La bronchodilatation permettra au traitement de fond, c’est-à-dire aux corticoïdes d’atteindre plus aisément les poumons.

L’entretien de la chambre d’inhalation

La chambre d’inhalation doit être bien nettoyée avant son premier usage. Après, cette première utilisation, elle doit être nettoyée au moins une fois par semaine. Avant de la laver, il faut la démonter. Son nettoyage est à faire avec de l’eau savonneuse. Il est possible d’utiliser de la liquide vaisselle. Avant de la ranger, il faut la laisser sécher à l’air libre.

Il faut éviter d’utiliser un torchon ou un chiffon  pour essuyer ce dispositif afin d’éviter que sa paroi devienne électrostatique. Cela aurait pour effet de diminuer l’effet des traitements car une partie du médicament serait attirée par la paroi de la chambre et s’y collera.

Quelle que soit la fréquence d’usage au quotidien, la chambre doit être renouvelée au bout de six à douze mois selon le modèle. En cas de fissure ou de rayure, l’achat d’une nouvelle s’avère indispensable.

Lors d’un contrôle de l’asthme, il faut emmener l’inhalateur et la chambre d’inhalation chez le médecin ou chez le pharmacien pour vérifier leur fonctionnement. Il ne faut pas hésiter à leur demander des conseils ou de nouvelles recommandations en cas de soucis avec ces équipements de soin.